Des jours d'une stupéfiante clarté / Aharon Appelfeld

Livre

Appelfeld, Aharon (1932-....). Auteur

Edité par Ed. de l'Olivier. Paris - 2018

Theo Kornfeld, 20 ans, quitte le camp de concentration dans lequel il était enfermé. A l'approche des troupes russes, ses gardiens ont déserté les lieux. Il erre sur les chemins d'Europe centrale, à la recherche de sa maison. Durant ce périple, il repense à l'horreur qu'il a vécue, mais aussi à des souvenirs plus lointains. Face à lui-même, il apprend à mieux se connaître.

Voir la collection «Littérature étrangère»

Autres documents dans la collection «Littérature étrangère»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Argento : le petit poisson / Paul Kor | Kor, Paul. Auteur

Argento : le petit poisson / Paul Kor

Livre | Kor, Paul. Auteur | 2014

Dans la famille d'Argento, un petit poisson argenté, on nage toujours tous ensemble. Mais Argento, lui, préfère nager plus loin en solitaire. Un jour, il rencontre une grande masse noire avec un oeil au milieu qui le regarde et qu...

Le garçon qui voulait dormir / Aharon Appelfeld | Appelfeld, Aharon (1932-....). Auteur

Le garçon qui voulait dormir / Aharon Appelfe...

Livre | Appelfeld, Aharon (1932-....). Auteur | 2011

Coup de cœur de la médiathèque. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Erwin, 17 ans, est enrôlé par un émissaire de l'Agence juive pour vivre une nouvelle vie dans l'Etat d'Israël naissant. Le pays cherche son indépendance et l...

Quand j'étais soldate / Valérie Zenatti | Zenatti, Valérie (1970-....)

Quand j'étais soldate / Valérie Zenatti

Livre | Zenatti, Valérie (1970-....) | 2002

Voici le journal de bord d'une jeune fille qui a fait son service militaire en 1988-1990 en Israël.

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Des jours d'une stupéfiante clarté 5/5

    Livre exceptionnel : simple, profond et lumineux. "Ce n'est pas la peine de parler disaient ceux qui avaient été dans les camps. La parole ne permettra pas de mieux comprendre" p84 Dans "Le faisceau des vivants" de Valérie Zenatti, traductrice de Aharon Appelfeld, rapporte qu'Appelfeld pensait qu'on ne peut écrire directement sur la Shoa, il faut rester à la marge, évoquer l'avant et l'après, pendant est indicible.

    par MS Le 10 décembre 2019 à 17:58